fb

Date de mise à jour : 01/04/2021 (81 nouvelles épaves, 25 mises à jour, 45 nouvelles photos et images)

CHATEAU LAFITE

France

1,5' SW de Penmarc'h
Torpillage, le 12 janvier 1918

Le Château Lafite
Le SS CHÂTEAU LAFITE

Caractéristiques

CHATEAU LAFITE, 1913 brt, 824 net, cargo, mis en service en mars 1915 pour Worms, Josse & Cie, Le Havre. Il est construit aux Ateliers & Chantiers de la Loire, Nantes (yard 480). Il mesure 83,5 m de long pour un baud de 11,6 m et une hauteur de 7 mètres. Il est propulsé par un moteur à vapeur de 3 cylindres (21", 35" & 59"-41") d'une puissance d 224 NHP, fabriqué par le chantier.

 

Le torpillage

Rapport du capitaine : "J'ai appareillé du Verdon le 11 Janvier à 07h15 du matin en compagnie du MARGAUX, transportant 1400 tonnes de macadam (cailloux et silex). A 03h05, le 12 Janvier, relevé le feu de Penmarch à 45°. Gouverné au nord, dans le sillage du MARGAUX, à 700 ou 800 m, guidé par son feu de poupe. Nuit très noire, fraîche brise de SE, mer agitée. A 03h55 du matin, violent choc sur bâbord avant à hauteur du panneau 2, qui ébranle tout le milieu du navire frappé par une torpille.

Le sous-marin est aperçu par l'officier de quart, le 2e capitaine Le Ber et par le canonnier arrière Fiandrinon. Donné l'alerte et ouvert le feu en direction du sous-marin avec une hausse à 800 m, avec la pièce AR tout d'abord, puis au hasard avec la pièce avant. Stoppé la machine. Le navire prend de la gite sur bâbord. Trouvé 1 m d'eau dans la cale n°2. Mis en marche le cheval principal (nota : la pompe principale d'assèchement) . Mais cette pompe n'étale pas l'entrée d'eau qui monte à 4 m dans la cale 2. Le navire apique de l'avant. Remis machine en route et suivi un cap au NNW pendant une heure trente.
Le navire s'enfonçant et gouvernant difficilement, le baromètre baissant, appelé aux postes d'abandon. Les canots bâbord (sous le vent) sont rapidement mis à l'eau. Mais le canot tribord, dont un garant est maladroitement largué, se brise contre la coque et se remplit d'eau.

L'équipage évacue dans trois embarcations dont le youyou : 10 hommes dont le capitaine dans une baleinière, 7 hommes dans le youyou et 12 hommes dans la grande baleinière. Immergé les documents secrets et quitté le navire en dernier à 05h15, à 4 milles dans le sud de Penmarch. Pas vu le navire couler. Perdu de vue les autres canots à cause de la brumaille. Etabli la misaine et fait route sur le raz de Sein. A 09h30, aperçu un convoi de navires allant de Brest à Quiberon. Lofer vers l'escorteur, le yacht américain WANDERER, qui nous recueille à 09h40 et nous dépose à Quiberon le 13 Janvier à 09h00. Les autres canots atterrissent à l'anse de Poulhan. Les hommes reçoivent tous les soins voulus et sont acheminés sur Brest."

USS Wanderer

USS Wanderer (SP-132)

 

Position :

Position épave

Zones : Penmarc'h

Latitude : 47 ° 44 ' 9685/ N Longitude : 004 ° 39 ' 9551/ W
Géodésie : WGS84

SHOM 2006

Clé SHOM

nom_navire

Latitude

N S

Longitude

E W

Précisision

Type_navire

Caract_navire

commentaires

14574035

CHATEAU LAFITE

47° 44,9685

N

004° 39,9551

W

Précision comprise entre 500 mètres et 1 nautique

Cargo (grand).

Tonnage (t):1913 / Nationalité: Française

A été torpillé le 12/01/1918 par un sous-marin.


Sonde : 65 mètres

 

SAMM

Les plongées profondes sur l'épave du Château Lafite

Plongeur
Plongée Chateau Lafite
Fabrice préparant sa remontée
L'ancre du navire

Vidéo de la plongée

 

 

Notes

1.Worms & Cie est un établissement français, créé dans les années 1840 par Hypolite Worms. Au début des années 1840, Hypolite Worms, après diverses expériences (négoce de charbons belges, commerce international, vente en France de plâtre, il s'oriente dans le commerce d'importation de charbon anglais en 1848, date qui a été retenue comme celle de la fondation de la Maison Worms. La Maison s'affirme comme l'un des leaders des entreprises d'exportation de houille, à la fois en France et en Angleterre. Son rayonnement commercial s'étend sur tous les continents. Elle approvisionne les stations de soutage des armements maritimes européens en Méditerranée, en Amérique du Sud et jusqu'en Extrême-Orient.
Soucieux de garantir après sa mort la continuité de ses affaires, Hypolite Worms, en 1874 s'associe avec l'un de ses collaborateurs, Henri Josse, et transforme sa maison de commerce en une société en nom collectif dénommée Hypolite Worms & Cie. Il décède en 1877.

Hypolite Worms

Durant la période suivante, qui voit s'affirmer le rôle d'Henri Goudchaux (1846-1916) en tant que chef de Maison, la société poursuit son expansion. Le réseau de cabotage est complété par les lignes Bordeaux-Bremerhaven, Rouen-Pasaia (Espagne)/Santander-Pasaia-Rouen (1880-1884). Dès 1881, la succursale de Port-Saïd offre aux armateurs dont elle est l'agent une gamme de services bancaires. Toujours en 1881, la société adopte la forme en commandite simple sous la raison, Worms, Josse & Cie, et absorbe la société F. Mallet & Cie, au Havre, dont Hypolite Worms était l'actionnaire fondateur. L'armement compte 12 navires. La raison sociale est à nouveau changée, en 1895, en Worms & Cie.

Aussitôt l'entrée en guerre de la France, le 1er août 1914, au sein de la Triple-Entente et contre l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie, une partie de la flotte Worms est affectée par l'Administration au transport de matières premières et de matériaux pour les troupes, les services publics et les industries locales. Les navires, pour la plupart, sont tout d'abord mobilisés pour des missions précises et temporaires. Puis, les réquisitions deviennent de plus en plus permanentes à mesure que le conflit se prolonge. En dépit de la guerre sous-marine qui détruit un grand nombre de bâtiments, la desserte des lignes sur l'Atlantique et la Manche est maintenue, et une desserte Bristol-Swansea-Le Havre est créée en 1915.
Henri Goudchaux décède en 1916 ; à sa suite, Hypolite Worms (1889-1962), petit-fils homonyme du fondateur, prend la tête de la société. Il signe un accord avec la Marine en vue d'assurer entre le Pays de Galles et Brest un transport mensuel de 8 000 tonnes de charbon, ramenées à 6 000 tonnes, en raison de la perte accrue de navires pour faits de guerre ; pour cette même raison, la convention par laquelle la Maison s'engage auprès de l'État à affecter treize de ses navires à des voyages entre Bordeaux et Dunkerque et à des voyages de cabotage entre ports français, est ramenée à dix unités.
A la fin des hostilités, l'armement Worms se trouve amputé de sept navires sur les dix-huit qu'il comptait en juillet 1914 ; à ces pertes s'ajoutent trois unités sur les cinq entrées en flotte durant le conflit. La somme des ports en lourd est ainsi réduite de 18 721 tonnes sur un total de 38 705 tonnes.

2. Sous-marin U 84 : Sous-marin de type U 81 lancé par le chantier Germaniawerft, Kiel (# 254), le 25 octobre 1915. Il est versé le 3 décembre 1916, à la IV Flotilla sous le commandement du Kptlt. Walter Roehr. Il effectuera 8 missions et coulera 28 navires navires marchands pour un total de 84.906 tonnes, un navire de guerre et arraisonnera deux autres navires. Il coulera le 15 janvier 1918, (soit quelques jours après le torpillage du Château Lafite) pour une cause inconnue au large de Penmarch, faisant 41 morts soit tout son équipage. Son épave a été identifiée en 2016.

U 84

 

Sources

S.H.M. Vincennes (SSG C 66 N° 7729) et (Série DD - Matériel Inventaire de la sous-série 8DD1 - Plans de bâtiments depuis 1789) ; H. Pedersen ; Lloyd's Register (1916-1917) ; Wikipedia ; http://www.navsource.org/archives/12/170132.htm ;