HMS CHARYBDIS

HMS LIMBOURNE

Pavillon G.B

N des Sept Iles
Combat naval, le 23 octobre 1943

Caractéristiques

1. HMS CHARYBDIS

Croiseur de classe DIDO, commandé aux chantiers Cammell Laird à Birkenhead, le 28 août 1938, au titre du programme de construction de 1938. Mis sur cale, le 9 novembre 1938 et lancé le 17 septembre 1940, c'est le cinquième cuirassé d'escadre de la Royal Navy à porter ce nom, à partir de 1809. Son achèvement a été retardé jusqu'en décembre 1941 en raison de la priorité donnée à la livraison des destroyers d'escorte après les lourdes pertes de 1940.

Longueur entre perpendiculaires : 147 m, Ht : 155 m. Largeur au maître-bau : 15m30 Tirant d'eau moyen au déplacement standard : 4m25. Déplacement : 5450 tw. Propulsion : 2 x 2 turbines couplées aux arbres d'hélice. Puissance sur l'arbre : 66000 CV Vitesse : 33 nœuds.

Armement 8 x 4.5 in DP dual guns, 10 x 20 mm (0.8 in) single guns, 6 x 20 mm (0.8 in) twin power-operated guns, 2 x 21 in (533 mm) triple tubes lance-torpilles. Equipage 530 hommes.

HMS Charybydis
HMS CHARYBDIS

Un armement réduit de quatre canons de 4.5 pouces couplés a été monté dans ce croiseur et son sister-ship, le HMS SCYLLA, au lieu des cinq de 5.25 pouces prévus.

Déployé dans la Home Fleet pour les approches NW, puis en avril 1942, transféré à la Force H, à Gibraltar, avant de rejoindre la Force W à Malte. En novembre 1942, il sert à appuyer les opération de débarquement en Afrique du Nord (Opération TORCH). En mars 1943, il rejoint la Plymouth Command et patrouille dans le Golfe de Gascogne.

1. HMS LIMBOURNE

Destroyer d'Escorte de Classe Hunt, type III mis en chantier par Alexander Stephen à & Sons Ltd. , Linthouse (Yard 590), le 4 juillet 1940. Mis sur cale sous le N° J1490, le 8 avril 1941 et il est lancé le 12 mai 1942. Ce navire était le premier à porter ce nom. Mis en service, le 24 octobre 1942. Il escorte des convois entre Gibraltar et l’Angleterre, puis sert à la lutte anti-sous-marine dans le Golfe de Gascogne.

Déplacement : 1000 tw Longueur entre perpendiculaires : 80.5 m, Ht : 85.3 m. Largeur au maître-bau : 9m50 Tirant d'eau moyen au déplacement standard : 3m80. Equipage 146 hommes.

HMS Limbourne
HMS LIMBOURNE

Propulsion 2 shaft Parsons geared turbines. Puissance sur l'arbre : 19000 CV Vitesse : 26 nœuds. Armement 4 × QF 4 in Mark XVI on twin mounts Mk. XIX 4 × QF 2 pdr Mk. VIII on quad mount MK.VII 2 × 20 mm Oerlikons on single mounts P Mk. III • 40 depth charges, 2 throwers, 1 rack

Le combat :

Le 22 octobre 1943, les deux navires naviguent avec les destroyers GRENVILLE, ROCKET, TALYBONT, STEVENSTONE et WENSLEYDALE.

Cette force 28, (Opération Tunnel) est chargée d’intercepter le cargo allemand MÜNSTERLAND.
Commandé par le Capitaine Karl Schulz, ce cargo de 6500 tonnes, ancien batiment de la Hamburg Amerika Line, convertit en forceur de blocus arrive d'Asie avec ses soutes remplies de manganèse, de caoutchouc, de tungstène et d'autres métaux précieux. Basé à Brest, il doit tenter de rallier Cherbourg. pour le protéger les Allemands déploient de Brest huit dragueurs de mines et six escorteurs de la 4 Torpedoboote Flottille : les T 22 (Hans Blöse), T 23 (Friedrich Karl Paul), T 24 (Franz Kohlauf,, 25 (Wirich von Gartzen), T 26 (Quedenfeld) et T 27 (Verlohr) .

Le 22 à 2 heures du matin, alors que les croiseurs anglais n'ont eu que de vagues échos radar, le HMS CHARYBDIS (capitaine George Voelcker) est atteint sur tribord par deux torpilles tirées par le T 23.

"Dans un fracas terrifiant, la première torpille explose juste sous la passerelle, projetant au sol ceux qui s'y trouvent. Ils n'ont même pas le temps de se relever qu'une seconde percute le croiseur dans un immense éclair blanc. La machine est touchée. Par la brèche de la coque éventrée, l'eau s'engouffre noyant les mécaniciens et les chauffeurs que l'explosion a épargnés. Des jets brûlants de vapeur s'échappent en sifflant des conduites rompues."

"Dès l'explosion de la première torpille, John Hamilton, l'ingénieur mécanicien principal a donné l'ordre de libérer la vapeur sous pression mais il n'est pas certain que dans le fracas son ordre ait été bien compris et ordonne l'évacuation de la chaufferie. Dans ce compartiment aussi, c'est l'enfer. Prisonniers de leur navire qui coule, les chauffeurs, les soutiers, les mécaniciens se précipitent vers le puits de sortie, à-demi fous de peur ou de douleur car certains ont été grièvement brûlés par la vapeur qui un peu partout jaillit...
" A l'étage supérieur et au niveau du pont, la situation n'est guère meilleure. Des incendies se sont déclarés et une fumée asphyxiante envahit postes et coursives. Des hommes affreusement touchés se traînent sur le sol en criant, espérant encore atteindre le pont et l'air pur. Parfois, l'un d'entre eux renonce à lutter ; les poumons emplis de gaz toxiques, il abandonne et se laisse emporter par la mort, sans un mot, sans un cri. Le Charybdis, ce croiseur au brillant palmarès n'est plus qu'un enfer dans lequel l'eau et le feu se disputent la proie. Mais voici que quelques instants plus tard, tout l'arrière du bateau se soulève dans un bond fantastique. Une troisième torpille vient de frapper le navire. Cette fois, c'est le coup de grâce
."
Texte Yves Dufeil

Il prend feu et coule en moins de 30 minutes, faisant 426 victimes et 107 rescapés.

Hms Charybdis

Hms limbourne

 HMS Charybdis

HMS Limbourne 

 

Le HMS Limbourne est touché lui aussi par le T 22.

"...Dans un fantastique bond, Batty et son camarade Grimes se plaquent contre la cloison de la chambre des cartes à l'instant précis où la torpille explose. Un épouvantable fracas suit l'impact et Harold Batty, les yeux agrandis par l'horreur voit le navire se déchirer littéralement devant lui. L'affût auquel il se cramponnait l'instant d'avant est arraché de son embase et, projeté au-dessus de sa tête, il va se ficher dans la cloison de la chambre des cartes. Derrière cette cloison, c'est un affreux carnage. En traversant la paroi, la volée du canon a horriblement mutilé les malheureux qui se trouvaient là. Ceux-ci seront morts sans réaliser ce qui leur arrivait. Ce moment de stupeur passé, Batty et Grimes encore sonnés par la violence de l'explosion se relèvent pour constater que leur bateau est coupé en deux juste devant eux, un peu en avant de la passerelle. La partie avant du destroyer se couche lentement et disparaît sous les eaux"
Texte
Yves Dufeil

Les anglais devront se résoudre, après évacuation, à l'achever d’une torpille.

dessin du combat
Dessin du combat

Latitude : 49° 00', 5429 N - longitude : 03° 36'. 0840 W

Latitude : 49° 04',1410 N - longitude : 03° 32, 8400 W


Liste des victimes du CHARYBDIS

Vidéo

Notes

Découvertes en 1992 par Alain Launay et Michel Cloatre, les deux épaves sont situées sur des fonds de 80 mètres au nord-ouest des Sept Iles. La plongée y est aujourd'hui interdite (Voir l'arrêté). Nous vous livrons aussi le compte rendu da découverte.

Une expédition a été entreprise par des plongeurs britanniques en 2006. (HMS Charybdis & HMS Limbourne Expeditions By Leigh Bishop)

Sources

"Verluster deutscher handelsschiffe 1939-1945" von Urs Heßling ; British Vessels Lost at See 1939-45, Ed. 1947 ; Photo Imperial War Museum (FL 9017) ; Récit d'Alain Launay et Michel Cloâtre.

Logo

78, Hent Menez Land- 29170 Fouesnant

Copyright 2015